Octobre 2014

Message du président

president

J’aimerais remercier les membres et le conseil d’administration de l’occasion qui m’est donnée de servir en tant que président de l’ACPS et de la confiance qui m’est ainsi accordée. Cette responsabilité est vraiment un honneur, et j’en suis touché. L’histoire de notre association a commencé il y a longtemps. Remarquable et respectée, elle repose sur toutes les personnes qui y ont travaillé depuis ses débuts, soit les dirigeants, les administrateurs, le personnel et les membres. Je ne peux que les remercier d’y avoir œuvré et d’avoir pris le temps de gérer les situations qui en ont fait ce qu’elle est aujourd’hui.

Je suis membre de l’ACPS depuis 37 ans et je fais partie du conseil d’administration national depuis 2003. J’ai également fait partie du conseil d’administration de l’association de l’Alberta de 1999 à 2003. En tant que producteur de semences pédigrées de deuxième génération, j’ai œuvré dans la production de semences pédigrées pour la plus grande partie de ma vie. Au fil des ans, nous avons produit divers oléagineux, céréales, légumineuses et herbages graminés. Grâce à notre usine de transformation, nous avons approvisionné les marchés de gros comme les marchés de détail. Parmi mes autres intérêts d’affaires, mentionnons le traitement des semences de canola et l’épandage aérien des traitements des cultures.

Je détiens une maîtrise en économie agricole, avec une spécialisation en marchés et commerce, obtenue de l’Université de l’Alberta en 1999. Ces études, conjuguées à la vie à la ferme, m’ont permis d’acquérir un point de vue unique à partir duquel je peux suivre les changements qui surviennent dans le domaine agricole et au sein de l’industrie semencière aujourd’hui.

En effet, nous sommes effectivement arrivés à une croisée des chemins intéressante de notre histoire, et l’avenir s’annonce plus sombre que jamais. Cet été, lors de l’Assemblée générale annuelle, il a été question de l’héritage de l’organisation, des défis auxquels elle est confrontée aujourd’hui et des promesses incertaines de l’avenir.

Rendre hommage à cet héritage, tout en réglant les problèmes actuels et en relevant avec confiance les défis de demain, est loin d’être une tâche facile, quelle que soit la situation. Si l’on ajoute la complexité et la rapidité des changements importants que subissent actuellement l’industrie semencière et l’agriculture, l’organisation devra s’impliquer de façon plus prospective pour maintenir sa pertinence.

Afin de comprendre notre place dans l’avenir, il peut être utile de comprendre le passé et de savoir comment nous sommes parvenus à ce que nous sommes aujourd’hui. Il importe de reconnaître les solutions à facettes multiples et changeantes que nous avons adoptées au fil des ans pour régler les problèmes.

Bien que la préoccupation actuelle concernant la diversification des modes de prestation de services (DMPS), la relève du personnel et les communications soient tous des aspects importants, ils définissent notre façon d’agir. Ils ne sont pas ce que nous faisons, ni pourquoi nous le faisons, ni pourquoi c’est important.

À l’ACPS, notre service de certification des cultures de semences fournit et continuera de fournir des normes de tierces parties impartiales ainsi que des assurances quant à l’identité variétale qui éclairent les producteurs et appuient des pratiques commerciales loyales et la mise en marché des semences. Il est souvent difficile de quantifier les caractéristiques d’une semence lorsque nous l’avons dans une main, lorsqu’elle est analysée en laboratoire ou même lorsqu’elle est produite dans un champ. Sans ces caractéristiques pertinentes et garanties, l’efficience du marché en est diminuée. Ce ne sont pas seulement les producteurs individuellement qui sont touchés lorsque l’affectation de ressources limitées à leur meilleure utilisation et à leur utilisation la plus efficace est perturbée. Cette baisse de la création de richesses se répercute dans toute la société. Cette perte pour la société ainsi que pour les particuliers se perd souvent dans la discussion. Un grand nombre des avantages que la certification impartiale de l’ACPS procure aux producteurs en connaissances fiables pour la prise de décision ont davantage trait à la nature humaine dans les marchés qu’à la science des semences. À ce titre, indépendamment des changements technologiques, la nécessité du travail de l’ACPS se poursuivra dans l’avenir sous une forme ou une autre. Il restera toujours beaucoup à faire pour améliorer l’efficience de notre façon de faire.

La communication de l’importance des semences certifiées à d’autres au sein du secteur et de la société dans son ensemble continuera de poser un défi. Voilà pourquoi j’invite mes collègues producteurs de semences à se joindre à moi pour amorcer cette conversation.

Et dire que tout a commencé par une simple semence.

Cordialement,

Norm Lyster
Président de l’ACPS

Retour au début
 

Message du président sortant

past-presidentJe tiens à féliciter notre nouveau président de l’ACPS, Norm Lyster, de l’Alberta. Pour ceux qui ne connaissent pas Norm, je peux vous assurer que son souci du détail, sa compréhension de la structure et son analyse consciencieuse des enjeux favoriseront notre association.

En examinant mes années à la présidence de l’Association, je ne peux passer sous silence l’appui et l’orientation que m’ont offerts les membres, les associations locales des filiales, le personnel et la direction de l’ACPS, l’exécutif de l’ACPS, les administrateurs, les comités ainsi que les conseillers. Les succès de notre association continuent réellement d’être un effort collectif permanent.

Sous ma présidence, l’ACPS a maintes fois consulté tous les intervenants alors que les changements se multipliaient, notamment la Diversification des modes de prestation de services (DMPS), et la création d’un système de communication, de stockage, d’analyse et de gestion des données efficace. Il a été rassurant de voir AAC reconnaître et appuyer notre travail. La coopération inconditionnelle de l’ACIA a également été cruciale au cours de cette période de transition et je voudrais souligner leurs efforts en ce sens.

Il me fait en outre plaisir de voir que notre industrie, grâce à de nombreuses consultations, a fourni un message unifié au gouvernement du Canada lors du récent examen de l’enregistrement des variétés.

Le maintien de nos solides valeurs de producteurs de semences tout en orientant le changement demeure permanent. Je vous exhorte donc à ne jamais oublier que nous sommes tous les jours à l’aube de notre avenir.

Jim Baillie

Président sortant de l’ACPS

 

Retour au début
 

Mise à jour sur l'enregistrement des variétés

varietyAu cours des 18 derniers mois, Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) a entrepris un examen du système d’enregistrement des variétés du Canada. AAC a élaboré un document de consultation et a consulté les intervenants pendant cette période. En octobre 2014, lors d’une rencontre de 50 intervenants invités à Winnipeg, AAC a présenté les grandes lignes d’une proposition. Essentiellement, la proposition conservait le système actuel, mais en supprimait la partie 2, qui était l’option où les essais de rendement préalables à l’enregistrement devraient être faits avant l’enregistrement.

Il en ressort deux catégories :

  • Fondamental (auparavant la partie 3) où les variétés sont tout simplement énumérées ou enregistrées auprès de l’ACIA sans exiger une évaluation de la valeur ou des essais de rendement préalables à l’enregistrement.
  • Amélioré (auparavant la partie 1) où les variétés sont soumises à une évaluation de la valeur avant l’enregistrement.

Les dispositions de la nouvelle proposition d’AAC comprennent ce qui suit :

  1. Les cultures fourragères et le soya oléagineux, qui sont récemment passés à la partie 3, feraient partie de l’enregistrement fondamental. Les pommes de terre et le tournesol, auparavant dans la partie 3, feraient également partie de l’enregistrement fondamental. Le carthame, auparavant dans la partie 2, passerait à l’enregistrement fondamental.
  2. Dans la proposition, les légumineuses sont également passées à l’enregistrement fondamental. Il semble toutefois y avoir un appui pour conserver certaines légumineuses dans l’enregistrement amélioré. Ce point fera donc l’objet d’autres discussions.
  3. Toutes les autres espèces actuellement soumises à l’enregistrement des variétés demeureraient dans l’enregistrement amélioré.
  4. Si de nouvelles espèces s’ajoutent au système d’enregistrement, elles seraient inscrites dans l’enregistrement fondamental jusqu’à ce que la chaîne de valeur présentée une justification pour l’enregistrement amélioré.
  5. Un dialogue sera amorcé quant aux espèces actuellement exemptées de l’enregistrement des variétés.
  6. Des exemples de procédures opérationnelles à l’intention des comités de recommandation devaient être finalisés et distribués aux comités de recommandation en octobre 2014. Ces procédures sont remises aux comités de recommandation à titre de lignes directrices et de suggestions – et non en tant que directives.
  7. Si elles sont mises en œuvre telles que proposées, le nombre actuel de comités de recommandation passerait de 17 à 12.

Les échéanciers proposés pour la mise en œuvre sont les suivants :

  1. Une modification réglementaire pour supprimer la partie 2 et créer l’enregistrement fondamental et l’enregistrement amélioré d’ici 2016.
  2. La réglementation ne comporterait pas de listes de cultures dans le cas de l’enregistrement fondamental et de l’enregistrement amélioré. On aurait recours aux dispositions de « l’incorporation par renvoi » du projet de loi C-18. Les listes ne feraient pas partie de la réglementation et ne nécessiteraient pas de modification réglementaire. Les modifications seraient apportées par le ministre ou le président de l’ACIA au terme d’un processus de consultation semblable à celui actuellement utilisé pour les modifications réglementaires.
  3. On espère que la proposition définitive sera entièrement mise en œuvre en 2016.

 

Retour au début
 

L'ACIA sollicite une rétroaction sur la diversification des modes de prestation de services

Merci de votre participation à l’inspection de cultures de semences en2014. Vos efforts visant la réussite optimale du transfert des inspections de cultures de semences au secteur privé sont appréciés.

Cette saison‑ci, 24 services d’inspection des cultures de semence autorisés (SICSA) et 288 inspecteurs de cultures de semences agréés (ICSA) ont mené plus de 14 500 inspections. Bien que nous estimions qu’il s’agit d’un résultat positif, nous savons que de nombreux ajustements sont nécessaires durant les premières années d’un programme. Le groupe de travail industrie‑gouvernement espère que vous pourrez prendre le temps de répondre à un sondage d’évaluation anonyme. Nous avons besoin de vos précieux commentaires pour apporter des améliorations continues au programme et planifier l’évolution du programme au fil du temps.

Veuillez accéder au lien suivant pour répondre au sondage en ligne :
http://inspection.sondages-surveys.ca/surveys/CFIA-ACIA/growers-and-crop-certificate-assignees/langfra/

Veuillez remplir le sondage d’ici le 23 octobre 2014.

Si vous désirez une copie papier du sondage ou si vous avez des questions ou d’autres observations, n’hésitez pas à communiquer avec nous à l’adresse :SeedSemence@inspection.gc.ca.

Retour au début
 

Variétés de blé résistant à la cécidomyie – Exigence supplémentaire en matière de certification

Pour recevoir un certificat de culture d’un champ de blé résistant à la cécidomyie qui a été inspecté, comme l’exigent les descriptions de la variété, un échantillon représentatif de la semence doit être envoyé à un laboratoire agréé pour les analyses de vérification de refuge pour CHACUN des champs inspectés (chaque numéro de séquence unique de l’ACPS).

Après avoir reçu vos résultats du laboratoire agréé, faites parvenir à l’ACPS un exemplaire de la vérification de refuge concernant le certificat de blé résistant à la cécidomyie ainsi qu’une Déclaration de refuge (formule 182 de l’ACPS) remplie. Ces documents sont exigés avant que l’on puisse délivrer un certificat de culture.

Vous pouvez obtenir de plus amples renseignements relatifs au blé résistant à la cécidomyie auprès de votre distributeur de la variété et sur le site Web de la gérance du blé résistant à la cécidomyie (Midge Tolerant Wheat Stewardship) à l’adressewww.midgetolerantwheat.ca.

Retour au début
 

Variétés de lin reconstitué - Exigence supplémentaire en matière de certification

Conformément aux exigences supplémentaires en matière de certification énoncées dans la description officielle de la variété, un échantillon représentatif de la semence doit être envoyé à un laboratoire agréé pour les analyses de la variété CDC Triffid (modification génétique FP967), afin de recevoir un certificat de culture d’un champ de lin reconstitué qui a été inspecté.

Dès que vous recevez les résultats des analyses du laboratoire agréé, faites-les parvenir à l’ACPS ainsi qu’une Déclaration de lin reconstitué remplie pour terminer la certification de votre culture.

Vous pouvez obtenir de plus amples renseignements relatifs au lin reconstitué auprès de votre distributeur de la variété.

 

Retour au début
 

Échantillons de semences et formules 50

Une formule 50 et un échantillon de semence doivent être envoyés à l’ACPS pour chaque parcelle avant que l’on puisse délivrer un certificat de culture. La formule 50 donne une importante rétroaction au sélectionneur quant à l’adaptabilité, à la stabilité génétique, à l’uniformité et au rendement d’une variété dans la région où la parcelle est produite.

L’ACPS vous enverra par la poste des sacs d’échantillon dans les prochaines semaines. Si vous voulez envoyer un échantillon de semences dès maintenant, vous pouvez le faire. Vous trouverez ici des renseignements concernant l’envoi des échantillons de semences.

Retour au début
 

Contactez-nous

Le personnel de l’ACPS est là pour vous aider et vous guider. N’hésitez pas à nous contactez. Le bureau de l’ACPS opère dans la zone de l’heure normale de l’Est (HNE).

Téléphone: (613) 236-0497, Télécopieur: (613) 563-7855, Courriel: communications@seedgrowers.ca
Adresse postale: C.P. 8455, Ottawa (Ontario)  K1G 3T1,
Adresse par messagerie: 240, rue Catherine, Suite 202, Ottawa (Ontario)  K2P 2G8
Visitez https://seedgrowers.ca/fr/contactez-nous/ pour la liste complète des coordonnées de notre personnel.